De la vue satellite au plancher des vaches: Google Street View vous fait redescendre sur terre!

Les applications de cartographie Google Maps ou Live Search Maps (pour ne citer qu’elles) se distinguent dans le web par la course à l’innovation dont elles font l’objet. Cet été, c’est le mode Street View qui a fait son apparition chez Google: génial pour faire une première visite ou pour revoir une ville!

Dans ce mode, on plonge en effet au coeur de la ville grâce à des vues panoramiques des rues et des façades, un petit peu comme sur les pages jaunes, mais en beaucoup mieux car on peut véritablement naviguer dans les rues, regarder vers le haut, le bas ou faire un tour d’horizon juste en glissant son pointeur de souris.

Depuis la mi-octobre, 6 grandes villes américaines supplémentaires ont été ajoutées - Chicago, Portland, Pittsburgh, Phoenix, Tucson et Philadelphie - portant à 15 le nombre de villes couvertes. C’est très peu mais on imagine que le boulot à effectuer pour cela est énorme, même avec l’aide de voitures équipées spécialement à cet effet, les Google Cars. J’attends avec impatience l’ajout de villes européennes; Londres serait peut-être sur la liste.

Voici des captures d’écran et des liens pour démarrer votre visite de Pittsburgh, en Pennsylvanie.

Market Place, Pittsburgh, Google Street View
Capture 1
: Market Place
Mont Washington, Pittsburgh downtown view from Google Street View
Capture 2
: vue du centre ville depuis le Mont Washington

Quelques repères:

  • les rues couvertes par Street View sont bordées de bleu
  • sorciere.jpgdéplacer le petit bonhomme sur la rue que vous souhaitez visiter, cliquer sur le petit bonhomme et la bulle Street View apparaît. Bonus spécial Halloween ces jours-ci: le petit bonhomme est une sorcière. “Ne passons pas à côté des choses simples.”

  • Utiliser “Plein écran” pour basculer l’affichage

  • Sélectionnez un point de la photo à la souris puis glissez le pointeur en haut, enbas, à gauche ou à droite pour voir tout autour de vous…

30 secondes de brainstorming:

En passant, je crois qu’il y a un énorme potentiel dans cette application. En voyant les façades des immeubles et les vitrines des magasins, n’avez pas envie d’entrer? Moi oui! Et au lieu d’une toute petit boutique, on pourrait trouver derrière la porte un espace virtuel bien plus grand, la représentation 3D façon Second Life de la boutique en question qui pourrait héberger toutes sortes d’espaces de démonstration, d’exposition, voire de formation ou de support et après-vente lorsque les produits ou services vendus s’y prettent. Comme dans Second Life, nous utiliserions un avatar pour nous matérialiser dans cet espace virtuel.

Dans un domaine moins mercantile, la façade d’un musée ne serait-il pas l’endroit idéal pour une porte d’entrée vers sa représentation virtuelle? De l’autre côté du miroir, on entrerait cette fois-ci dans un monde virtuel qui représenterait par exemple les salles réelles du musée, mais peut-être également des salles imaginaires, ou des zones habituellement interdites au public. Un projet de réhabilitation d’une ancienne aile du bâtiment? La maquette virtuelle permettrait au public de visiter le lieu en avant première, pourquoi pas même avant le début des travaux pour permettre aux architectes de peaufiner le projet grâce aux commentaires de ces visiteurs de la première heure…

Le web est en révolution permanente.

Abonnement:

Si vous aimez les billets de ce blog, vous pouvez les recevoir par email. Entrez votre adresse là:

Sinon vous pouvez vous abonner au flux RSS qui marche trop trop bien ou bookmarker avec le bouton magique ci-dessous.

  1. 1 Le web à l’heure d’Halloween
    Pingback dans 31 oct 2007 à 11:20

Laisser un commentaire